Selon les défenseurs des droits, le fait de soutenir les jeunes et d’élargir l'accès aux services sont la clé d'un avenir meilleur pour les Canadiens trans

Au cours des dernières années, les Canadiens trans ont célébré d'importantes victoires, notamment les nouvelles protections prévues par la Charte des droits et libertés en 2017 et l'introduction de passeports permettant la mention de sexe « X » en 2018.

Mais ces changements menant à la pleine égalité doit se produire beaucoup plus vite, ont déclaré des défenseurs des droits aux députés lors des audiences fédérales en cours sur la santé LGBTQ2 au Canada.

Et ce, surtout car de plus en plus de Canadiens s’identifient en tant que non conformistes de genre.

« L’avenir comportera certainement une plus grande diversité de genres », a déclaré Jack Woodman lors de l’audience du 7 mai.

Woodman est président de l’Association professionnelle canadienne pour la santé transgenre, où les membres et d'autres personnes sur le terrain remarquent que de plus en plus de milléniaux font leur coming out, ce qui est peut-être dû à une plus grande sensibilisation du public aux questions trans et à un meilleur lien avec l'information présente sur l’Internet.

Par exemple, le nombre de jeunes trans et non binaires desservis par le système de santé ontarien a quadruplé entre 2016 et 2018, a déclaré Woodman.

Cela met plus de pression sur un système de santé qui laisse déjà beaucoup de personnes trans derrière.

« De nombreuses données démontrent que les personnes trans au Canada rencontrent des obstacles au niveau de l’accès aux services de base », a déclaré Lorraine Grieves, directrice du programme provincial de Trans Care British Columbia.

« Le fait de permettre le changements de nom et de mention de sexe sans exigences particulières, d’inciter à l'auto-identification du genre et des pronoms et d’assurer des soins affirmatifs en matière de genre sont autant de moyens à travers lesquels les médecins et les prestataires de soins de santé peuvent mieux servir les Canadiens et Canadiennes non conformistes de genre et trans », dit Grieves. À l'heure actuelle, de nombreux patients estiment devoir informer leurs médecins sur ces question alors que le traitement devrait être inclusif, complet et cohérent.

Ces problèmes s'ajoutent aux difficultés liées au fait d’accéder aux opérations liées à la transition – avec des temps d'attente longs, des coûts de déplacement élevés et un manque de couverture médicale.

« Imaginez que toute autre intervention chirurgicale jugée médicalement nécessaire qui améliore et sauve des vies ne soit offerte que dans une petite clinique privée située dans une province et que la couverture médicale varie considérablement selon l'endroit où vous vivez », a ajouté Woodman.

Mais les opérations ne sont qu’une facette du bien-être trans et ne sont pas toujours requises, affirment les témoins. Le plus important demeure le fait d’avoir son identité de genre vue et respectée, dit Quinn Bennett, responsable provincial de Trans Care British Columbia – et surtout chez les jeunes.

« Sans soutien, les jeunes trans font face à des taux plus élevés de problèmes de santé mentale, tels que la suicidalité, l'anxiété et la dépression… mais lorsqu'ils ont accès à des sources de soutien rapides et efficaces, beaucoup de ces problèmes sont résolus », a déclaré Bennett à l’audience.

D’où le fait de demander au gouvernement de mieux éduquer les jeunes sur la diversité sexuelle et de genre dans les écoles, de financer davantage de programmes à l’intention des personnes trans et de créer davantage de voies d'accès afin que ces dernières puissent accéder aux soins dont elles ont besoin à travers le pays.

IMG_0143.jpg
Quinn Bennett et Sarah Chown

 

Pas que des soins généraux, cependant. Sarah Chown, directrice générale de YouthCO, a expliqué qu’il était important d’apporter diverses perspectives afin de traiter des identités non conformistes de genre, dont les perspectives autochtones.

« De nombreux individus autochtones sont gais et trans, ce qui était le cas avant même que ces mots n'existent en anglais », a déclaré Chown. Elle a ajouté que la colonisation avait privé des générations de personnes de la possibilité d'apprendre de leurs familles et communautés sur le rôle des personnes bispirituelles tout en restant au sein de ces dernières.

« C’est pourquoi les jeunes autochtones d’aujourd’hui ne savent peut-être pas que, dans de nombreuses communautés, les personnes bispirituelles jouent un rôle important dans la vie des peuples autochtones et qu’ils n’ont peut-être pas de modèle. Cela limite l’accès à la communauté et aux enseignements bispirituels, ce qui constitue peut être une expérience isolante qui a des conséquences directes sur la santé mentale. »

Pour entendre le témoignage de tous les intervenants à cette réunion (n ° 142 HESA - Comité permanent de la santé), consulter les données ou lire le procès-verbal, visitez les liens ci-dessous vers le site web du Comité HESA.
 
Association professionnelle canadienne pour la santé transgenre
• Jack Woodman, président-e
KW Counselling Services
• Washington Silk, responsable de la coordination de programmes et spécialiste autorisé-e du travail social, psychothérapeute, OK2BME
• Scott Williams, coordonnateur des communications et du développement
Provincial Health Services Authority
• Lorraine Grieves, directrice du programme provincial, Trans Care BC
• Quinn Bennett, responsable provincial, Réseaux de soutien communautaire et par les pairs, Trans Care BC
YouthCO HIV and Hep C Society
Sarah Chown, directrice générale
 
     
 

Écouter sur ParlVU  -  Témoignages  -  Procès-verbal

 

 

Available in English.

CBRC

À propos de CBRC

Le Centre de recherche communautaire (CRBC) promeut la santé des hommes homosexuels par le biais de la recherche et du développement d’interventions. Nous sommes compris les hommes (cis et trans) bisexuels et queer et les personnes bi-spirituelles.
Selon les défenseurs des droits, le fait de soutenir les jeunes et d’élargir l'accès aux services sont la clé d'un avenir meilleur pour les Canadiens trans
Selon les défenseurs des droits, le fait de soutenir les jeunes et d’élargir l'accès aux services sont la clé d'un avenir meilleur pour les Canadiens trans
Check out Centre de recherche communautaire. I just joined.