Déclaration du CBRC sur son engagement à la lutte contre le racisme

La mort de George Floyd, de Breonna Taylor et de bien trop d'autres personnes noires et racisées aux mains de la police a eu un impact catalyseur, renouvelant le sentiment d'urgence et amplifiant la portée du mouvement Black Lives Matter (BLM). Ces décès et le mouvement antiraciste grandissant qui s’en suit représentent des moments douloureux qui découlent d'une histoire de racisme systémique profondément enracinée au Canada et aux États-Unis. Ils marquent également un moment où de nombreuses personnes blanches ont finalement été contraints de reconnaître les réalités déshumanisantes du racisme vécu par les personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC).

Alors qu'une grande partie de la couverture médiatique se concentre sur les événements aux États-Unis, le Canada n'a aucune raison de garder la tête haute. Les exemples de racisme dans ce pays sont nombreux et s'étendent loin dans l'histoire. Rien que cette année, nous avons assisté au décès de Regis Korchinski-Paquet ; aux morts d'Ejaz Ahmed Choudry, de Chantel Moore et de D'Andre Campbell, tous survenus lors de « vérifications policières » ; à la mort de Joyce Echaquan alors qu'elle cherchait à se faire soigner à l'hôpital ; à une enquête sur le racisme anti-autochtone dans les établissements de santé de la Colombie-Britannique ; ainsi qu'à un rapport de la Commission des droits de la personne de l'Ontario confirmant ce que les communautés noires savaient déjà, à savoir que les Noirs sont disproportionnellement arrêtés, accusés et soumis à un usage de la force par la police de Toronto.

Les expériences de stigmatisation, de discrimination et de violence dues à l'homophobie et à la transphobie sont courantes chez les personnes bispirituelles, lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer (2SLGBTQ). Mais il est également vrai que les plus privilégiés d'entre nous (les personnes cisgenres et blanches sans handicap) perpétuent la stigmatisation, la discrimination et la violence à l'encontre des membres queer et trans de notre communauté qui sont des personnes autochtones, noirs ou de couleur (PANDC). Les preuves sont nombreuses.

Notre sondage national Sexe au présent 2019 auprès des hommes gais, bisexuels, trans, bispirituels et queer (GBT2Q) a montré que 58,6 % des répondants PANDC avaient été victimes de discrimination raciale au cours de l'année précédente, dont 51,9 % de la part d'autres membres de la communauté GBT2Q. Le même sondage a également mis en lumière le racisme structurel auquel sont confrontés les membres de la communauté PANDC. Les PANDC qui ont répondu au sondage étaient plus nombreux à être titulaires d'un baccalauréat que leurs homologues blancs (52,1 % contre 46,8 %), mais étaient également plus nombreux à être au chômage (9,3 % contre 5,9 %), à bénéficier d'une aide gouvernementale (6,3 % contre 4,3 %) ou à subir des difficultés financières (32,7 % contre 25,2 %). Les répondants PANDC étaient également plus susceptibles de ressentir un bien-être mental plus faible et d'être isolés socialement - même avant le début de la pandémie COVID-19.

Le racisme, ce n'est pas un problème étranger auquel les communautés 2SLGBTQ peuvent s'attaquer passivement, sans prendre de mesures concrètes. Il s'agit d'un problème qui nous concerne. Nous devons tous travailler activement contre le racisme et la suprématie blanche, et pour l'équité et la justice pour tous, qu'on soit membre de la communauté, un mouvement populaire ou une organisation déjà bien établie. Cela inclut le CBRC.

Au cours des derniers mois, nous nous sommes interrogés sur la manière dont le CBRC, en tant qu'organisation, soutient et bénéficie d'un système fondé sur le racisme, la suprématie blanche et la colonisation. Nous reconnaissons qu'il nous revient la responsabilité, aux côtés de nos partenaires et des communautés que nous servons, de travailler dur pour démanteler ce fondement oppressif et en construire un nouveau qui soit centré sur l'équité et la justice pour tous les membres de nos communautés, en particulier les plus marginalisés.

La suprématie blanche, le racisme et la colonisation n'ont pas été construits en un seul jour. Ils ne seront pas démantelés du jour au lendemain, non plus. Mais les communautés 2SLGBTQ ont démontré à maintes reprises leur résilience et leur persévérance face à d'immenses défis. Nous avons montré au monde que si nous voulons vraiment quelque chose, nous nous battrons pour l'obtenir. Nous devrions également nous rappeler que les militants trans noirs et les autres militants de couleur ont si souvent été à l'avant-garde de ces combats, de Stonewall aux manifestations en réponse aux raids des bains publics de Toronto. Il est donc temps maintenant de faire en sorte que notre combat profite à tous les membres de nos communautés en l'orientant vers la lutte contre la suprématie blanche, le racisme et la colonisation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de nos communautés.

Au CBRC, nous sommes conscients que le parcours pour démanteler la suprématie blanche, le racisme et la colonisation au sein de notre organisation prendra de nombreux mois, et dans certains cas des années. Au cours des derniers mois, nous avons travaillé avec le personnel, les partenaires et les membres de la communauté afin d'identifier un certain nombre d'actions concrètes que nous pouvons entreprendre pour entamer cette démarche. Nous les partageons avec vous en tant qu'acte de responsabilité et nous continuerons à le faire à l'avenir. Ces actions initiales comprennent :

Semer le changement structurel

Au CBRC, nous reconnaissons que pour véritablement démanteler le racisme au sein de notre organisation, le changement doit être de nature structurelle. Les mesures prises par l'organisation pour amorcer un changement structurel comprennent :

  • L’adoption d’une priorité stratégique formelle par le conseil d’administration pour avancer des principes et des pratiques qui promeuvent l’antiracisme au sein du CBRC.
  • Un examen et une évaluation complète de nos politiques existantes en matière de ressources humaines pour s’assurer qu’elles ne perpétuent pas la suprématie blanche.
  • La création de deux comités internes du personnel visant à reconnaître la suprématie blanche et à y résister, y compris un caucus dédié au personnel de PANDC.
  • La mise en place d'une action au niveau du conseil d'administration pour renforcer la diversité raciale dans la gouvernance de l'organisation.

Une programmation proactive

Bien que des progrès durables à long terme nécessitent des changements structurels, le CBRC a identifié plusieurs actions pour améliorer la diversité et l'inclusion de notre programmation actuelle et future. Ces actions comprennent :

  • La création d’un comité consultatif de PANDC chargé de centrer les voix autochtones et noires lors de notre Sommet annuel.
  • Prioriser et compenser adéquatement les PANDC qui font partie du projet de créateurs et créatrices du Sommet de cette année.
  • S’appuyer sur nos engagements en faveur de la vérité et de la réconciliation et accroître la programmation bispirituelle au CBRC, notamment par l’embauche d’un responsable du programme bispirituel et par un projet d’histoire orale avec des aînées et aînés bispirituels.
  • Évaluer les recherches approfondies de notre organisation afin de s'assurer qu'elles se concentrent sur les communautés de PANDC, y compris les efforts visant à inclure davantage de chercheurs PANDC et de membres de ces communautés dans la planification, la mise en œuvre, l'analyse et l'application des connaissances de la recherche.

Cultiver le travail antiraciste collectif

Au CBRC, nous reconnaissons que nous ne pouvons pas réaliser le changement systémique nécessaire pour véritablement démanteler le racisme, la suprématie blanche et la colonisation seuls. Par conséquent, nous travaillons collectivement avec des partenaires de partout au pays pour nous engager dans la lutte contre le racisme, dans le but de parvenir à l'équité et à la justice pour tous. Ces efforts comprennent :

  • Notre affiliation au Gay Men’s Sexual Health Alliance of Ontario et plus d’une douzaine d’autres organisations queer pour signer une lettre en solidarité au mouvement BLM le 28 juin 2020.
  • Entamer des discussions avec des organisations partenaires et des individus noirs et autochtones afin d'identifier des possibilités de financement et de futurs partenariats pour renforcer la recherche et la programmation des PANDC du CBRC.
  • Le parrainage d'un nouveau groupe de réseautage et de développement professionnel des leaders de la santé PANDC 2SLGBTQIA+ du Canada atlantique.
  • Développer un partenariat avec une proposition de collaboration dirigée par des personnes noires au Fonds pour la santé mentale des personnes LGBTQI+ noires de l'Agence de la santé publique du Canada.

Le travail antiraciste se poursuivra au CBRC, nous vous l’assurons. 

 

En solidarité,

Le conseil d’administration et le personnel du CBRC

Available in english.

CBRC

À propos de CBRC

Le Centre de recherche communautaire (CRBC) promeut la santé des hommes homosexuels par le biais de la recherche et du développement d’interventions. Nous sommes compris les hommes (cis et trans) bisexuels et queer et les personnes bi-spirituelles.
Déclaration du CBRC sur son engagement à la lutte contre le racisme
Déclaration du CBRC sur son engagement à la lutte contre le racisme
Check out Centre de recherche communautaire. I just joined.