Nous sommes peut-être en 2021, mais les communautés GBT2Q du Canada continuent de faire face à des défis sanitaires et sociaux

Cela fait maintenant plus de trente ans que nous célébrons la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOT), depuis que l’Organisation mondiale de la santé a retiré l’homosexualité de sa liste de troubles mentaux. Mais malgré tous les progrès accomplis depuis lors, il reste encore beaucoup à faire.

Cette année, le CBRC a utilisé les données du tableau de bord Nos stats pour examiner comment les hommes gais, bis, trans et queer, ainsi que les personnes bispirituelles et non binaires (GBT2Q) se sont sentis ces dernières années. Les données proviennent des sondages Sexe au présent de 2019 (taille de l’échantillon : 6 200) et 2020 (cette dernière ayant eu lieu en pleine pandémie, avec une taille de l’échantillon de 1 650) et démontrent que les personnes GBT2Q continuent de faire face à des défis sanitaires et sociaux importants. Ces problèmes sont encore plus élevés parmi les communautés racisées qui sont plus susceptibles de subir des discriminations, ce qui peut avoir des impacts sur leur santé mentale et leurs bien-être.

En ce qui concerne la discrimination, il a été constaté que près de 2 participants sur 5 (38,7 %) au sondage de 2019 ont déclaré avoir été victimes de discrimination en raison de leur orientation sexuelle au cours de l’année écoulée. Ce chiffre était plus élevé lorsqu’il s’agissait de participants qui s’identifiaient comme bisexuels (45,7 %) ou queer (49,6 %). De plus, la majorité des participants trans (78,1 %) et non binaires (80,3 %) ont déclaré avoir été victimes de discrimination en raison de leur expérience trans et de leur expression de genre, respectivement. Environ quatre participants sur cinq (78,2 %) s’identifiant comme personnes autochtones, noires ou de couleur (PANDC) ont également déclaré avoir été victimes de discrimination raciale au cours de l’année écoulée.

La discrimination a d’importantes répercussions sur la santé mentale, et de nombreux répondants ont exprimé un plus grand besoin d’aide pour l’anxiété (45,9 %) et la dépression (41,5 %). Ces chiffres étaient encore plus élevés pour les participants PANDC, trans et non-binaires :

  • Parmi les participants PANDC, 50,0 % ont déclaré vouloir de l’aide pour l’anxiété et 44,8 % pour la dépression.
  • Parmi les participants trans, 72,5 % ont dit vouloir de l’aide pour l’anxiété, et 58,8 % pour la dépression.
  • Parmi les participants non binaires, 67,4 % ont dit vouloir de l’aide pour l’anxiété, et 55,8 % pour la dépression.

Cela dit, les nouvelles ne sont pas toutes négatives. En lien avec le thème de l’IDAHOT de cette année (Résister, soutenir et guérir ensemble !), nous avons constaté que les communautés GBT2Q ont continué à démontrer leur capacité de soutien et d’entraide tout au long de la pandémie de la COVID-19. En effet, 97 % des participants au sondage 2020 ont déclaré avoir apporté un soutien émotionnel à d’autres personnes depuis le début de la pandémie, 57,7 % d’entre eux ayant apporté un soutien alimentaire et 44,5 % un soutien financier. Les participants ont également déclaré avoir reçu un soutien émotionnel (92,8 %), alimentaire (44,5 %) et financier (30,8 %) de la part d’autres personnes. Bien qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour lutter contre la discrimination anti-GBT2Q, nous nous soutenons tout de même les uns les autres en ces temps incertains.

Le sondage Sexe au présent 2021 a présentement lieu. Si vous souhaitez partager vos expériences et vos réflexions, rendez-vous sur sexnowsurvey.com. Les réponses que vous fournirez aideront les organisations à travers le pays à plaider pour de meilleurs programmes et ressources, et seront utilisées pour façonner les politiques publiques en ce qui concerne notre santé et notre bien-être.

Anxiety_FR.png

Depression_FR.png

Discrimination_FR.png

Resilience_FR.png

 

Available in English.

CBRC

À propos de CBRC

Le Centre de recherche communautaire (CBRC) promeut la santé des hommes gais, bisexuels, trans, bispirituels et queer (GBT2Q) par le biais de la recherche et du développement d'interventions.
Nous sommes peut-être en 2021, mais les communautés GBT2Q du Canada continuent de faire face à des défis sanitaires et sociaux
Nous sommes peut-être en 2021, mais les communautés GBT2Q du Canada continuent de faire face à des défis sanitaires et sociaux
Check out Centre de recherche communautaire. I just joined.