Une initiative nationale révèle que les résultats en matière de santé gaie et trans diffèrent d’un bord à l’autre du pays

En ce qui concerne la santé des hommes gais, bis, trans, bispirituels et queer (GBT2Q), les groupes qui luttent pour améliorer les résultats de cette communauté en matière de santé n’ont pas toujours accès à des données actualisées.

C'est pourquoi Avancer, une coalition d'organisations GBT2Q qui travaille afin d’améliorer l'accès et l'utilisation des services de santé au sein de ces communautés, a publié sa première fiche de progression plus tôt cette année. Leur objectif : fournir aux décideurs du secteur public et aux prestataires de services communautaires des données nationales sur les indicateurs clés en lien avec la santé gaie et trans tirées de la plus grande et de la plus ancienne enquête pancanadienne sur la santé GBT2Q.

Pourtant, à titre d’exemple, la vie d'une personne queer ou trans vivant à Vancouver peut être très différente de celle d'une personne de Winnipeg ou de Halifax.

« Alors que nous nous affairons à concevoir ces fiches de progression, il est devenu de plus en plus clair que chaque ville semble avoir son propre profil en termes de forces et de domaines à améliorer », a déclaré Len Tooley, directeur de l'évaluation et de l'avancement au Centre de recherche communautaire, qui a dirigé l'élaboration des fiches de progression.

Ces variables régionales expliquent pourquoi Avancer publie maintenant une série de fiches locales qui témoignent des tendances au niveau de la santé des hommes GBT2Q à Calgary, Edmonton, Halifax, London, Montréal, Ottawa, Toronto, Vancouver et Winnipeg. En répartissant les données locales ainsi, les organisations de ces villes sont en mesure de mieux guider les investissements, l'attention et les autres soutiens vers des enjeux de santé spécifiques.

Untitled-5-01.png

À titre d’exemple, la fiche de progression pancanadienne indique que seuls 13 % des participants prenaient la PrEP, un médicament hautement efficace pour la prévention du VIH. À Calgary et à Edmonton, cependant, ce taux a chuté de plus de la moitié. Les organismes de santé ou les groupes communautaires de l'Alberta pourraient dont songer à concevoir de nouvelles initiatives pour éliminer les obstacles qui empêchent les hommes d’accéder à la PrEP et de comprendre comment elle fonctionne.

Cependant, aucun des résultats figurant sur une carte ne devrait à lui seul être considéré comme un appel à l’action afin de modifier des offres locales ou d’en créer des nouvelles. Dans ce contexte, si à titre d’exemple la carte de progression d'une ville révèle un faible taux de dépistage du VIH, cela ne veut pas nécessairement dire que la communauté GBT2Q de cette ville n'est pas intéressée par le dépistage, ou que les options de dépistage y sont moindres. Il s'agit plutôt d'une opportunité pour les groupes de considérer pourquoi ces résultats existent dans leur ville et de poser des questions critiques sur ce qu'ils pourraient faire mieux ou différemment.

« Les statistiques présentées dans ces fiches de progression sont essentiellement le « quoi ». À partir de là, nous espérons que cela stimulera des discussions plus locales pour répondre au « pourquoi » – c'est à ce moment qu’un vrai changement aura lieu. »

Vous pouvez désormais télécharger les fiches de progression pour neuf villes canadiennes ci-dessous :

Available in English.

CBRC

À propos de CBRC

Le Centre de recherche communautaire (CBRC) promeut la santé des hommes gais, bisexuels, trans, bispirituels et queer (GBT2Q) par le biais de la recherche et du développement d'interventions.
Une initiative nationale révèle que les résultats en matière de santé gaie et trans diffèrent d’un bord à l’autre du pays
Une initiative nationale révèle que les résultats en matière de santé gaie et trans diffèrent d’un bord à l’autre du pays
Check out Centre de recherche communautaire. I just joined.