Tout sur Tina – 2e partie : comment répondre à la consommation de méthamphétamine dans la prestation de services et les politiques

La consommation de méthamphétamine (crystal meth) est en hausse, mais notre système de santé n’a fait que peu de progrès pour y répondre. Les communautés GBT2Q, parmi lesquelles la consommation de méthamphétamine augmente de manière spectaculaire, manquent souvent d’options de soutien immédiates et durables pour réduire les risques liés à la consommation de drogue. Le deuxième de ces trois articles de blogue se penche sur la prestation de services, le continuum de soins nécessaire pour répondre à la consommation de méthamphétamine, et les éléments à prendre en compte dans les politiques de santé mentale pour traiter la consommation de drogues en contexte sexuel.

Mise en place et amélioration des services de réduction des risques destinés aux personnes GBT2Q

La consommation de crystal meth et d’autres drogues dans les communautés GBT2Q s’inscrit dans un contexte unique et complexe. Par conséquent, les services traditionnels de prise en charge de la toxicomanie n’ont généralement pas les compétences et les connaissances nécessaires pour offrir aux personnes GBT2Q des soins accessibles et respectueux de leur culture. Les services spécifiquement destinés aux personnes GBT2Q sont nécessaires puisqu'ils offrent un espace sûr et sans jugement où discuter ouvertement des liens entre identité queer, consommation de crystal meth, santé sexuelle et santé mentale. Par exemple, les services de réduction des risques destinés aux personnes GBT2Q restent limités, et ce malgré leur importance et la forte demande signalées tant par les prestataires que la clientèle; en effet, ils procurent un sentiment d’appartenance et des occasions de liens sociaux entre personnes GBT2Q1.

Une approche intersectionnelle est essentielle aux services de réduction des risques répondant aux besoins des personnes GBT2Q. Les services tenant compte du contexte socioculturel et politique de la consommation de méthamphétamine sont plus accessibles et permettent de renforcer la résilience de la population ciblée. Les approches fondées sur la résilience misent sur les forces des personnes GBT2Q : celles-ci sont reconnues comme des individus qui s’efforcent tout au long de leur vie de faire face à de multiples formes d’oppression et de traumatismes. Ce type d’approche permet aussi de voir et d’expliquer différemment la consommation de drogues en contexte sexuel et certains désirs, qui sont souvent stigmatisés dans le système médical traditionnel. En adaptant les services de réduction des risques aux communautés GBT2Q et en y favorisant la résilience, on contribue à démanteler les modèles de soins stigmatisants et pathologisants2.

Un continuum de soins culturellement compétent

Dans le rapport « Supporting Gay, Bisexual, Trans, Two-Spirit, and Queer (GBT2Q) People Who Use Crystal Methamphetamine in Metro Vancouver and Surrounding Areas » (anglais), le CBRC et ses partenaires ont déterminé les services nécessaires aux personnes GBT2Q : thérapie de groupe, soutien par les pairs, programmes hospitaliers et ambulatoires, et programmes virtuels pour les personnes issues de régions rurales ou ayant un accès restreint aux services en personne. Une offre plus large permettrait d’accroître l’accessibilité des services, tout en respectant le cheminement des personnes GBT2Q, peu importe où elles se situent dans leur désir et leur volonté de changer leur consommation de crystal meth. Cette recommandation implique aussi un modèle de continuum de soins où les services de réduction des risques s’accompagnent de traitements pour la dépendance et d’autres formes de soutien. C’est en créant un continuum de soins efficace et en proposant une offre complète de soutiens répondant aux divers besoins en matière de santé des communautés GBT2Q qu’on pourra véritablement traiter leur consommation de méthamphétamine. En plus de développer de tels services, il est nécessaire d’améliorer la communication et les acheminements entre les différents services afin que les personnes GBT2Q puissent avoir un accès rapide aux programmes adaptés à leurs besoins immédiats et à leur situation présente. Au fur et à mesure que leurs besoins évoluent, elles peuvent passer aux services les plus appropriés du continuum de soins. La mise en place d’un continuum de soins permet de maximiser les avantages et de combler les lacunes dans les parcours de soins3.

On trouve aussi des pistes d’amélioration des services existants dans plusieurs articles universitaires. Il y est notamment question de réduire les contraintes financières, d’aligner les exigences des programmes sur le niveau de préparation au traitement de la personne, de remédier à la pénurie de personnel et d’améliorer les procédures de gestion et de suivi des cas individuels4.

Prise en compte de la consommation de drogues en contexte sexuel dans les politiques de santé mentale

Un continuum de soins axé sur la réduction des risques et adapté aux personnes GBT2Q est nécessaire pour atténuer les méfaits liés à leur consommation de méthamphétamine et renforcer leur santé mentale et leur bien-être. Cependant, les résultats ne pourront s’améliorer que si des changements sont opérés sur le plan politique.

En nommant et en intégrant explicitement la consommation de drogues en contexte sexuel des personnes GBT2Q dans les stratégies en matière de santé mentale et de consommation, on garantit l’existence d’un cadre global permettant d’élaborer de meilleures politiques et de coordonner plus efficacement les programmes et les services. Avec la collaboration et la coordination de tous les paliers de gouvernement, et l’aval des acteurs communautaires, des prestataires de services et de la clientèle, il est possible de mettre en place un plan fondé sur l’empathie, l’équité et des données probantes, afin d’améliorer la santé mentale et le bien-être des communautés GBT2Q et de réduire les méfaits liés à leur consommation de crystal meth5.

1.  Arthur, S., Berlin, G., Card, K., Carson, A., Goodyear, T., Jollimore, J., Klassen, B., Krell, S., Mniszak, C., Montiel, A., Purdie, A., Knight, R. et Lachowsky, N. (2021). « Supporting Gay, Bisexual, Trans, Two-Spirit, and Queer (GBT2Q) People Who Use Crystal Methamphetamine » (anglais). Centre de recherche communautaire.

2. Souleymanov, R., Brennan, D. J., Logie, C. H., Allman, D., Craig, S. L. et Halkitis, P. N. (2021). « Social exclusion, resilience and social worker preparedness: Providing services to gay and bisexual men who party-n-play » (anglais). The British Journal of Social Work, 51(8), p. 3228-3247.

3. Ibid.

4. Harink, J., Purdie, A., Kwag, M., Jollimore, J., Rayek, S., Lari, K., Hoong, P., Wilson, K. G., Luna, A., Valenzuela, D. C. et Lachowsky, N. J. (2019). « Addressing Mental Health Issues and Problematic Substance Use Among Gay and Bisexual Men (GBMSM) in British Columbia » (anglais). Vancouver, Colombie-Britannique : Centre de recherche communautaire.

5. Ibid.

Available in English.

CBRC

À propos de CBRC

Le Centre de recherche communautaire (CBRC) promeut la santé des personnes issues de la diversité sexuelle et de genre par le biais de la recherche et du développement d’interventions.
Tout sur Tina – 2e partie : comment répondre à la consommation de méthamphétamine dans la prestation de services et les politiques
Tout sur Tina – 2e partie : comment répondre à la consommation de méthamphétamine dans la prestation de services et les politiques
Check out Centre de recherche communautaire. I just joined.