À quoi ressemble la résistance queer en 2020 ?

Le thème du Sommet 2020 du CBRC est la résistance et la responsabilité. Pendant trois jours (du 4 au 6 novembre), nous allons poser des questions importantes. Parmi celles-ci : Comment résister aux disparités néfastes et persistantes pour créer des systèmes qui prennent soin de tous ? Qui, au sein de notre communauté, de la recherche et des organisations de soins de santé, est responsable de ce changement ? Et à quoi ressemblera la résistance queer en 2020 ?

Pour donner le coup d'envoi, nous avons demandé aux conférenciers principaux de cette année d'aborder cette dernière question.

« La résistance queer ressemble à des pratiques de soins de santé et d'éducation culturellement durables, structurellement transformatives et qui améliorent la vie des gens. La résistance queer est la pratique du refus. Les jeunes refusent le racisme, le colonialisme, l'injustice économique et environnementale. L'organisation des jeunes est aussi une affirmation de la libération, de la souveraineté, du sanctuaire et de la durabilité. La résistance queer est le refus d'être singulièrement défini par une action contre, mais aussi une action pour. Les jeunes autochtones travaillent à partir de la base - la terre, l'eau et toutes nos relations - en s'organisant et en travaillant ensemble pour un avenir plus inclusif, plus équitable et plus juste dans les domaines de la santé, de l'éducation et des services sociaux. »

Jeffrey Ansloos

Jeffrey Ansloos, Psychologie appliquée et développement humain, Université de Toronto (Plénière : Promouvoir la santé et le bien-être bispirituels : une conversation avec de jeunes leaders bispirituels)


« La résistance queer est une force vitale. La résistance est ce qui nous permet d'actualiser nos moyens de survie en tant que personnes queer. Une grande partie de la vie des personnes queer est vécue sous la menace constante de l'intervention, de la surveillance, de la coercition et de la force de l'État, de la part de la police et des institutions de santé publique. Nous sommes surpolicés et surveillés, mais rarement protégés. Dans la logique de la police et de la santé publique, les belles complexités de la vie queer sont réduites à un mince calcul de risque, où nous sommes seulement conçus comme un problème à gérer, un risque à atténuer. La résistance à ces forces est vitale pour notre survie, et vitale pour permettre aux personnes queer de s'épanouir en dehors des structures étatiques oppressives. La résistance queer nous aide à aller au-delà de notre simple existence en tant que queer, pour nous épanouir. Cela se produit lorsque nous avons les moyens d'accéder et de réaliser notre propre avenir, notre propre sécurité et notre propre autonomie. »

Alexander McClelland

Alexander McClelland, Institut de criminologie et de justice criminelle (ICCJ) de l’Université Carleton (Plénière : Résistance à la poursuite de la criminalisation des maladies transmissibles au Canada)


« La résistance queer est et a été enracinée dès le premier jour dans les pratiques de libération des personnes trans noires et dans la justice pour les personnes handicapées, malgré les tentatives de blanchir cette histoire. Je retrace ma lignée de résistance queer jusqu'à des héros noirs queer et trans sourds et handicapés comme Marsha P. Johnson et Storm Delaverie et j'honore leur travail et leur héritage... Nous sommes au milieu d'une révolution de conscience alors que les gens se tournent vers l'abolition. Nous sommes également en train de nous battre pour nos vies : les noirs sont tués par la police partout, la violence coloniale contre les communautés autochtones est soutenue par la GRC, et les handicapés, les sourds et les fous sont pris pour cible par la police à un rythme alarmant. La résistance queer basée sur la pensée abolitionniste est une voie qui pourrait rendre le monde plus libre pour nous tous. Jusqu'à ce que nous soyons libres ! »

Syrus Marcus Ware

Syrus Marcus Ware, École des arts de l’Université McMaster (L’activisme en tant que fiction spéculative : Effectuer un changement pour l’avenir)


« La résistance queer, c'est de faire face à une nouvelle pandémie qui impacte injustement nos communautés. C'est se tourner vers les autres pour demander l'aide dont on a besoin, et pour offrir l'aide que nous pouvons. Pour certains d'entre nous, c'est en apprendre davantage sur les privilèges dont nous jouissons au sein de nos communautés et dire non à la perpétuation d'inégalités persistantes. Pour nous tous, il s'agit de chercher, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de nos communautés, à révéler et à corriger les déséquilibres de pouvoir injustes dans les institutions, les politiques, les programmes, les services et les interactions sociales. Nous le faisons ensemble, par nos actes quotidiens ainsi que par l'organisation communautaire. »

Nathan Lachowsky

Nathan Lachowsky, École de santé publique et de politique sociale, Université de Victoria (Rendre visibles les impacts de la COVID-19 sur nos communautés)


« La résistance queer, c'est se tourner vers notre passé collectif et centrer les voix qui ont été constamment repoussées aux marges. Trop souvent (et souvent malgré nos meilleures intentions), nous ne remettons pas en cause les dynamiques oppressives qui existent au sein de nos espaces communautaires. C'est un travail dans lequel nous avons tous une responsabilité partagée : nous nous devons de créer des espaces communautaires qui soient inclusifs pour tous. En centrant les voix des personnes noires et autochtones dans nos mouvements, nous incarnons véritablement l'appel d'Angela Davis de toujours tenter d'élever les autres à travers notre ascension. »

Vincent Mousseau

Vincent Mousseau, Conférencier public et animateur d'atelier (Oser contester : tournant vers nos racines radicales pour adresser l’inclusion raciale)


« Pour moi, la résistance queer, c'est tout simplement être. Être ici, se faire entendre, partager nos histoires et être entendu. Je crois que la résistance queer n'est pas passive ou hostile, elle est directe. Participer à ce Sommet, prendre part aux conversations qui remettent en question l'hétérosexisme et le binaire, c'est de la résistance queer. À mon avis, avoir le privilège d'écouter les enseignements personnels des autres est la meilleure façon d'apprendre et de résister à ce qui nous est imposé. Je sens, je sais, je porte toutes mes histoires. Toutes mes connaissances. Il faut les valoriser. »

Jessy Dame

Jessy Dame, Gestionnaire du programme bispirituel du CBRC (Plénière d’ouverture : Résistance et résilience culturelles : la construction d’une longue maison bispirituelle)

Available in English.

CBRC

À propos de CBRC

Le Centre de recherche communautaire (CRBC) promeut la santé des hommes homosexuels par le biais de la recherche et du développement d’interventions. Nous sommes compris les hommes (cis et trans) bisexuels et queer et les personnes bi-spirituelles.
À quoi ressemble la résistance queer en 2020 ?
À quoi ressemble la résistance queer en 2020 ?
Check out Centre de recherche communautaire. I just joined.