Pivot à Calgary (2024) : La créativité en réponse aux priorités des personnes 2S/LGBTQIA+ en matière de santé

Le 3 février 2024, à Calgary, le Centre de recherche communautaire (CBRC) a tenu une nouvelle édition de son programme de leadership en santé communautaire, Pivot. Ce programme très couru permet aux personnes bispirituelles, queers et trans de tisser des liens sociaux, d’accroître leurs connaissances en santé et d’acquérir des compétences pour favoriser les changements systémiques et ainsi devenir des cheffes de file en santé dans leur milieu. Auparavant destiné aux hommes gais, bisexuels, trans et queers, ainsi qu’aux personnes bispirituelles, le programme a récemment été élargi pour renforcer les capacités de toutes les personnes bispirituelles, queers et trans du Canada et leur permettre d’élaborer et de mettre en œuvre des réponses communautaires aux problèmes de santé avec lesquels elles doivent composer. Ainsi, 10 membres de la communauté 2S/LGBTQIA+ se sont réuni·e·s pour un atelier d’une journée qui a permis d’explorer une variété de thèmes liés à la santé et au bien-être :

  • définition de changements systémique;
  • présentation de l’organisme Freddie au sujet du VIH et des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS);
  • survol des initiatives du CBRC en matière de dépistage du VIH à domicile;
  • création et présentation de produits de savoir en santé;
  • démarches pratiques pour promouvoir la pérennité de l’activisme par les soins auto-administrés.

La journée a commencé par une présentation des approches du « rêve » et de la « queerisation » en matière de changements systémiques. Pour effectuer des changements au sein de systèmes complexes, comme le système de santé, il convient d’envisager des possibilités originales et inexplorées en « queerisant » les modes de prestation des soins de santé et d’accès à ceux-ci. Tout au long de la journée, l’approche du rêve a été utilisée dans le partage des connaissances et le renforcement des capacités, et la présentation de Freddie sur la télémédecine l’a consolidée. Freddie comble des lacunes généralisées dans l’accès aux outils de prévention du VIH, comme la prophylaxie préexposition (PPrE), en imaginant des façons d’éliminer les obstacles pour les membres de la communauté 2S/LGBTQIA+. Freddie a également collaboré à la mise sur pied de la Foria Clinic, un nouveau service offert aux Albertain·e·s qui facilite l’accès à l’hormonothérapie substitutive par les personnes trans et de la diversité de genre. Ces exemples de réponse originale aux priorités sanitaires de la communauté ont bien illustré les approches du rêve et de la queerisation, ainsi que le rôle que les participant·e·s au programme peuvent jouer dans l’atténuation des disparités en matière de santé au sein de leur propre communauté.

Les participant·e·s à Pivot ont ensuite analysé la loi anti-trans sur les « droits parentaux » déposée le 31 janvier 2024 par le Parti conservateur et  la première ministre Danielle Smith. Après avoir examiné le projet de loi et les réactions de la communauté, iels ont constaté que les nouvelles politiques porteraient atteinte de manière flagrante aux droits et à la sécurité des jeunes trans et de la diversité de genre en Alberta et ont exploré les conséquences potentielles de la loi, qui restreint l’accès à des soins favorables à l’affirmation fondés sur des données probantes. Si la loi est adoptée, les écoles ne représenteront plus des espaces sûrs pour ces jeunes et la participation aux sports d’équipe sera restreinte en fonction des caractéristiques binaires des sexes. Outre les ramifications évidentes pour les jeunes trans et de la diversité de genre, les participant·e·s ont discuté des conséquences sociales de la simple existence d’une telle loi, qui justifie les discours alarmistes et la désinformation sur les personnes trans et de la diversité de genre, ce qui risque de se traduire par des préjudices intériorisés et interpersonnels. Pour en savoir plus sur les changements proposés, leurs répercussions sur les jeunes trans et les enjeux de ce précédent, cliquez ici.

Le groupe a également analysé les stratégies militantes, en soulignant la nécessité que les personnes ne faisant pas partie de la communauté diffusent des informations fondées sur des données probantes, car la composante émotionnelle du travail militant peut peser sur la santé individuelle et collective des personnes 2S/LGBTQIA+. La loi proposée par le gouvernement de Danielle Smith, si elle était adoptée, serait la plus anti-trans du Canada et causerait des dommages irréversibles au bien-être mental et physique des jeunes trans et de la diversité de genre. Des études ont prouvé que l’affirmation de l’identité de genre d’une personne et la facilité d’accès à des soins de santé favorables à l’affirmation de genre augmentent considérablement le bien-être des personnes trans et de la diversité de genre, qui sont déjà plus susceptibles d’avoir des idées et des tendances suicidaires. Cette loi pourrait également faire boule de neige et donner lieu à d’autres lois qui attaqueront et réduiront au silence d’autres groupes marginalisés. Les participant·e·s ont conclu qu’il fallait rejeter activement cette loi et veiller à protéger les jeunes trans et de la diversité de genre de la province.

Le programme de leadership s’est conclu par un atelier de création de zines, qui a permis aux participant·e·s de communiquer ce qu’iels avaient appris tout au long de la journée. Voici un aperçu de leurs créations :

Pivot College 1

Pivot collage 2

L’atelier de création de zines a donné aux participant·e·s l’occasion de réfléchir à ce qu’iels avaient appris sur les sujets de santé qui les intéressent. Par exemple, Luka a créé un zine sur la loi proposée pour restreindre les soins d’affirmation de genre en Alberta. Se sentant stimulé par la possibilité de partager un espace avec d’autres membres de la communauté et de s’exprimer de manière créative, il a profité de l’atelier pour communiquer sa tristesse et imaginer des moyens de protéger les jeunes trans et de la diversité de genre de façon constructive. De son côté, Dylan a créé un zine qui portait sur les avancées. En réaction à cette époque de bouleversements et de précarité, iel a décidé de prendre un moment pour réfléchir aux changements positifs que la communauté 2S/LGBTQIA+ a rendus possibles au cours des dernières décennies. Dans les premières pages, en noir et blanc, iel a collé des titres anti-gais trouvés dans de vieilles revues. Dans les dernières, iel a intégré des photos colorées exprimant le bonheur queer pour représenter les progrès réalisés grâce à la détermination et à la créativité.

D’après les données d’évaluation anonymes recueillies tout au long de la journée auprès des participant·e·s, il est clair que Pivot a eu des effets positifs sur bon nombre d’entre elleux. Une personne a écrit au sujet de son militantisme : « Avant Pivot, l’idée de provoquer des changements ou de contribuer à faire changer les choses m’intimidait; je me sentais dépassée. Mais je suis convaincue [maintenant] que n’importe quelle forme de participation peut suffire et entraîner des changements personnels ou externes. » Un autre participant a exprimé les possibilités libératrices offertes par l’acquisition de nouvelles connaissances en matière de santé, expliquant qu’il venait de quitter un milieu rural et qu’il avait été très stimulant d’apprendre toutes ces informations : « Pivot m’a permis de commencer à créer mon propre espace dans cette nouvelle maison! » Au sujet de l’atelier de création de zines, un·e participant·e a salué l’occasion d’avoir pu s’exprimer de manière créative, mentionnant que Pivot « a offert une expérience tangible de renforcement de la communauté et de création d’un produit artistique de savoir, ce qui [l’avait] vraiment aidé·e ». À la fin du programme, le sentiment d’inspiration, cultivé en grande partie par l’engagement et la collaboration des participant·e·s, était palpable. Telle est l’essence de Pivot : un moyen pour les membres de la communauté de se rassembler et de raconter leur histoire, de s’informer sur leur santé et de rêver à un avenir où les personnes 2S/LGBTQIA+ sont libres de s’exprimer en toute authenticité et de mener une vie épanouie.

Pour offrir Pivot dans votre organisme, en savoir plus ou vous joindre au programme en tant que membre de la communauté, consultez www.pivot4change.ca/about [en anglais].

 

Available in English.

CBRC

À propos de CBRC

Le Centre de recherche communautaire (CBRC) promeut la santé des personnes issues de la diversité sexuelle et de genre par le biais de la recherche et du développement d’interventions.
Pivot à Calgary (2024) : La créativité en réponse aux priorités des personnes 2S/LGBTQIA+ en matière de santé
Pivot à Calgary (2024) : La créativité en réponse aux priorités des personnes 2S/LGBTQIA+ en matière de santé
Check out Centre de recherche communautaire. I just joined.